Lakou of Konnen

Construction d’une école primaire

Programme

Cours, 4 salles de classes, bibliothèque, administration, sanitaires, potager, terrain de foot.

Maître d’ouvrage

Localisation

Budget

Surface

Date de projet

Phase

Équipe moe

Communauté TE NWA

Cabaret (Haïti)

KE €

297 m²

2019

Concours

Lekena architectes / Oumou Abdallah / Alice Ghestem / Roman Lassalle

Le site est à 5 km de la ville de Cabaret et à 35 km de la capitale Port-au-Prince en Haïti. L’actuelle école, en panneaux de contreplaqué et recouverte de bâches, est sur le point de s’effondrer. Le projet consiste en la construction d’une école de 4 classes.

L’analyse du contexte nous a révélé deux points majeurs à savoir, le risque sismique auquel est confronté le pays et la raréfaction du bois. En effet, Haïti a perdu 98% de ses forêts en moins de trois siècles et les stigmates du séisme de 2010 restent présents. Nous souhaitions alors trouver une alternative au bois d’import. Nous avons constaté que depuis les années 1950, l’utilisation du bambou en Haïti a permis de réduire l’exploitation forestière et de développer une économie constructive. Le projet vise à valoriser les savoir-faire locaux au travers d’une architecture vernaculaire. Pour ce faire, nous nous sommes inspiré d’une typologie d’architecture traditionnelle haïtienne : les maisons Gingerbread. Elles sont caractérisées par une structure tripartite : un socle en pierre, une ossature en bambou remplie de terre et une couverture en chaume ou tôle.
Le projet s’inspire de ces caractéristiques dans une architecture contemporaine. La structure des bâtiments est pensée avec une logique d’articulation afin d’intégrer les déformations. Par ailleurs, la couverture est décollée de la structure pour ventiler naturellement les pièces.
L’école se concentre au Nord du site et libère suffisamment d’espace pour son extension future. Le programme est réparti autour de trois espaces extérieurs de récréation, jardinage et lecture. Ce sont les galeries, associées aux corps bâtis, qui assurent la desserte et la déambulation. La topographie naturelle guide l’implantation d’une noue de récupération des eaux de pluies à l’ouest, jusqu’au bassin d’infiltration au sud. Les 5 000 m² du site sont pensés comme un « parc », offrant un paysage rural d’étude à ses usagers tout en présentant la biodiversité environnante.

Retour en haut