Kalah-lô

Construction d’une école primaire

Programme

3 cours, 22 salles de classes, bibliothèque, administration, atelier pédagogique.

Maître d’ouvrage

Localisation

Budget

Surface

Date de projet

Phase

Équipe moe

Association UCUD

Dabankou (Guinée)

400KE €

1 626 m²

2018

Financement

Lekena architectes / Jean-Baptiste Allombert / Alice Ghestem

L’école primaire française de Dabankou a été construite en 1990 en même temps que le poste de santé. Il est situé au centre du village près du marché. Nous avons recensé 824 élèves répartis entre 90 à 147 par classe. En 2016, une partie de l’école s’est effondrée durant la saison des pluies. Son état est précaire. Le programme que nous avons établi avec les habitants présente deux enjeux majeurs : limiter le nombre d’élèves à 40 par classe et proposer une nouvelle pédagogie.

Nous proposons ici d’expliciter notre projet de chantier participatif plutôt qu’architectural. Notre stratégie est de transformer le chantier en une école à ciel ouvert, de formation aux métiers de la construction destinée aux jeunes adultes du village. Nous avons recruté un artisan local et professionnel pour chaque domaine. Puis, nous nous sommes entourés d’un groupe d’apprentis déjà initiés à la construction faisant l’intermédiaire entre les artisans et la jeunes population. Afin de pallier aux problématiques du langage, nous ne travaillons qu’à partir de prototypes réalisés sur place traduisant les concepts et les vocabulaires techniques. Ils n’ont pas pour but de confirmer un mode constructif déjà pensé. Il nous permettent d’expérimenter des ouvrages qui sont ensuite discutés par les acteurs. Par exemple, pour réaliser un mur double en BTC, nous avons élaboré une dizaine de prototypes sur plusieurs aspects techniques du bâtiment tels que : l’appareillage des angles et des refends ; les ouvertures avec ou sans linteaux ; l’intégration des morceaux de briques ; etc. Par ailleurs, nous ne voulions construire qu’avec des matériaux locaux. C’est à seulement 7 km que nous allions chercher des chargements de latérite pour fabriquer les briques avec une presse manuelle. Grâce à ce matériau abondant, nous avons expérimenté des structures extraordinaires dans la recherche de performances mécaniques, sans craindre aucune perte. Ceci nous a permis de produire une architecture dont la structure fait façade.

Retour en haut